mardi 30 juin 2015

Guimiliau 2015






Cette année encore, j'ai installé des tableaux chez Jean Crenn, à Guimiliau. Ils y resteront tout l'été et un peu plus si un été indien se profile. J'expose quelques tableaux calligraphiques et des Végétalis.

Pour chaque artiste qu'il accueille dans sa galerie, Jean consigne dans un immense tableau de papier, les destinations des œuvres qu'il vend. Nous le regardions lundi soir et j'ai des œuvres qui se sont posées dans plusieurs régions de France mais aussi à Bruges, au Luxembourg, en Italie.




Guimiliau est connu pour son calvaire, absolument magnifique, c'est une petite commune située à proximité de la voie express entre Brest et Morlaix, près de Landivisiau.

lundi 29 juin 2015

Album Colapen 6.
















Différents essais de combinaison de traits épais et de traits fins. Jeux de textures, d'espacement, de recherches de formes.

dimanche 28 juin 2015

Album Colapen 5.






Les lettres étirées en hauteur dessinent un rythme assourdi basé sur une alternance de traits gras et fins.









Les traits gras et courts composent une petite mosaïque dansante rehaussée par des traits fins plus longs. Une certaine vivacité est recherchée.









samedi 27 juin 2015

Album Colapen 4.







 Le trait large est volontairement posé avec des manques, dans un geste qui oublie la maîtrise et résulte d'un relâchement dans le tracé mental. Ces marques sont cernées de la pointe de l'outil, juste de quoi redéfinir les contours. Des traits fins de même nature complètent la lettre. L'imprécision, l'incomplétude, le contrepied de la perfection calligraphique donnent son identité et son expressivité à la lettre.












Les petites zones bleutées qui relèvent ces deux pages sont obtenues en passant l'eau sale du pot sur des espaces définis par des bandes de scotch et en les absorbant.

jeudi 25 juin 2015

Album Colapen 3.














Traces larges à l'extrait de cassel, posées d'un geste tranquille.







L'outil est utilisé sur sa pointe, dans un tracé lent, un peu indolent qui a la flemme de se lever entre deux lettres et préfère si possible tracer son chemin sur la terre plutôt qu'en l'air. Paresseux mais dans le contraste avec des boucles disproportionnées.

mercredi 24 juin 2015

Album Colapen 2.




















   Un modeste alphabet de minuscules, qui joue sur le contraste trait fin/ trait épais.


Alphabet minimaliste, avec un jeu de pavés.

mardi 23 juin 2015

Album "Colapen" 1.



Début mai, j'ai commencé un album de recherche autour d'un outil connu des calligraphes contemporains, le colapen.
Le support : un "Artist's journal" de Fabriano, format 21 x 16 cm, constitué d'une alternance de feuilles de papier Ingres 90 g blanc et ivoire. Sa surface sans présenter de résistance notable offre une bonne accroche, le papier a de la tenue et résiste bien aux traitements humides.  De plus, il est "acid free" ( cela augure bien de sa conservation dans le temps).
J'ai confectionné une série de colapen (avec des canettes de limonade Finley, d'eau Perrier, de bière Guiness), de tailles variées mais nettement plus petites que ceux fabriqués en général par les autres calligraphes. Les manches aussi sont courts, mes mains sont petites et j'aime sentir l'outil dans le prolongement de mon bras sans un manche au contrepoids gênant.
J'utilise des encres fabriquées par mes soins avec du carmin d'indigo et de l'extrait de cassel, ainsi que l'eau de rinçage de mes outils. Cette dernière donne les teintes claires de l'album.

Tout au long de l'album je trace, reprends dans le frais , dessine et redessine les lettres de l'alphabet,  en respectant la succession des lettres même si je commence parfois par une autre lettre que le A. Il s'agit donc d'exercices formels, qui ne correspondent pas à la réalité des occurrences des lettres dans des mots ou des phrases. Par exemple, je ne connais pas de mot où le "c" succède au "b", le "x" au "w".
Il s'agit pour moi d'apprivoiser mes colapens, d'en découvrir les possibilités, les subtilités, de gérer les imprévus qu'il produit, de maîtriser des effets. J'expérimente aussi beaucoup sur la nature du trait, notamment les différentes énergies utilisées pour le produire, et par conséquent les énergies différentes qu'il porte.
C'est tout sauf des modèles - bien des lettres sont fautives -  ce sont des productions spontanées, je ne fais pas vraiment de brouillons avant. La plupart du temps, je me lance comme ça. Cette spontanéité a pour corollaire l'impatience. J'accélère le séchage avec des tortillons de papier et j'absorbe l'humidité restante avec une feuille de papier Wenzhou qui sert et ressert (= futur palimpseste), les lettres en sont parfois abimées, je ne trouve pas cela gênant.

Et puis, je suis revenue sur les pages avec des lavis, des dilutions, des jeux de texture, des superpositions de lettrages. Toujours dans la rapidité, donc feuille d'absorption. Et je rajoute ainsi une dimension de travail sur la composition. Recherche, plaisir, liberté.

Je publierai une ou deux pages tous les un ou deux jours.


à bientôt.

dimanche 21 juin 2015

L'Ordre et le Chaos, un stage de Massimo Polello.


 Fin mai, je suis allée à Rouen (et je n'habite pas très près de cette belle cité normande) pour suivre un stage de Massimo Polello organisé par l'Esperluette : L'ordre et le chaos.
La présentation faite sur le site de l'Esperluette était alléchante  et j'avais lu il y a quelques années avec un intérêt certain l'ouvrage d'histoire des sciences de Gleick, "Les théories du chaos"

Voici la présentation du stage :


“Une goutte d'eau qui s'étend dans l'eau, les variations des populations animales, la ligne déchiquetée d'une côte, les rythmes de la fibrillation cardiaque, l'évolution des conditions météorologiques, la forme des nuages, le grand roux de la tache de Jupiter, les erreurs des ordinateurs, les oscillations des prix.  Ils sont apparemment des phénomènes différents, cela peut éveiller la curiosité d'un enfant ou mettre au clou pour des années un chercheur, avec une ligne solo en commun: pour la science traditionnelle, ils appartiennent au royaume de l'informe, de l'imprévisible de l'irrégulier. Dans un mot au chaos. Mais depuis deux décennies, les scientifiques de disciplines différentes découvrent que derrière le chaos il y a dans la réalité un ordre caché qui donne un commencement extrêmement complexe à l'origine des phénomènes de règles très simples."  (J.Gleick)

Dans la science classique, le chaos a pour définition l’absence d'ordre. En fait le concept de désordre est complexe. L'ordre et Désordre, Cosmos et Chaos ont peut-être un parent étymologique. Dans la mythologie grecque le Cosmos, l'ordre beau, bon et rationnel du monde, naît toujours d'une origine chaotique.
Bien, mais quel est le lien entre la Théorie du Chaos et la calligraphie vous demanderez-vous?

Considérerez la Lettre Capitalis Monumentalis (les capitales romaines) comme exemple sublime de la rigueur, l’équilibre, l’Ordre, le classique dans sa définition plus pure,  le calme et la sécurité transmises par les colonnes d'un temple romain. 



La première partie de stage aura comme but seulement l’apprentissage des lettres romaines dans ses formes plus pures, leur construction, le ductus, les proportions, l'espacement, à exécuter initialement avec un crayon simple et par la suite avec le pinceau plat, dans un espace horizontal et vertical, sur le mur, comme il est supposé que ces lettres soient nées.
Nous commencerons déjà peut-être dans cette phase à vérifier que la capitale romaine n’est peut-être pas si ordonnée et rigoureuse qu’elle apparait au prime abord.

Dans la deuxième partie il est prévu de développer et explorer une écriture plus libre et spontanée, et signifier comme liberté l'événement imprévu, l'informel, le fantastique. Une écriture qui arrive de l'instinct, de son "ventre", une écriture qui naît du Chaos de Dionysos, une écriture qui n’est apparemment pas attachée aux règles.
Les moyens suggérés pour cette phase de recherche seront l'égouttement des couleurs, écrire les yeux fermés ou avec des gestes techniques illustrés, mais l'objectif est que chaque participant développe son écriture.

Vous chercherez finalement, en réunissant les  Lettres Capitalis Monumentalis et l’Écriture libre, la cohabitation de l’Ordre et Chaos, Apollon et Dionysos, pour voir si les deux termes se vérifient dans l'antithèse ou non, si dans l'ordre apparent le chaos existe et vice versa."

Dans la droite ligne de cette présentation, Massimo nous a initiées aux rudiments de la capitale romaine au pinceau plat, nous faisant travailler quelques lettres clés. On ne peut pas envisager un apprentissage complet de l'alphabet de capitales au pinceau sur seulement deux jours. Mais c'est une base pour poursuivre ensuite un entraînement. Le chaos est intervenu sur ces lettres, nous permettant cependant de consolider leur structure. Du chaos dans l'ordre, de l'ordre dans le chaos. Le travail sur de grandes feuilles tout au long des deux jours a fourni le matériau pour réaliser un album de stage cousu en structure "W". J'y ai ajouté un contenu sémantique en piochant dans mon exemplaire du livre de Gleick.



samedi 6 juin 2015

Laboratoire de couleurs avec Laurent Pflughaupt

Noix de galle grillée et concassée.


 Au mois de mai, l'atelier de calligraphie latine Skrivañ à Brest a demandé à Laurent Pflughaupt de dispenser son stage : "Laboratoire de couleurs".
Ce stage s'articule autour de deux axes : d'une part la couleur dans ses aspects visuel, émotionnel et symbolique, d'autre part différentes façons de fabriquer des couleurs (encres, tempera, aquarelle, acrylique). .... et le must : la fameuse "encre ferrique".

Même si j'ai l'habitude de préparer des couleurs à partir de pigments avec soit de la gomme arabique, soit un liant acrylique, j'ai acquis de nouvelles connaissances.  Le fait de réaliser les recettes, de connaître le rôle de chaque ingrédient modifie la représentation générale de la préparation des couleurs, rendant ce savoir accessible.
Nous avons donc appris à confectionner des gouaches, des aquarelles, des encres et surtout l'encre ferrique.  La réaction chimique tanin / sulfate de fer qui produit ce beau noir est juste magique, mais mieux encore, Laurent nous propose d'aller plus loin en améliorant cette encre pour encore en velouter le noir final.
Ce genre de connaissance ne se fixe qu'en pratiquant. Je viens de finir mes petites courses et attends l'été avec impatience pour jouer de façon sérieuse à l'alchimiste de la couleur.
Je vous conseille d'aller faire un petit tour sur le site de Laurent sur la page "Techniques et matières".