dimanche 24 juin 2018

Panier de paille tissée calligraphié



 Dans un magasin réputé pour ses bonnes affaires du jeudi, je me suis acheté un panier de paille tissée bombé bleu et argent vendredi dernier.
Et ce matin, dimanche donc, je me suis accordé une petite récréation calligraphique.

Outils : feutre 4ARTIST MARKER argenté de Pébéo 15mm, pinceau Galaxy n°16 de Manet, dont le tracé est colorié au Posca gris ardoise.


Les mots de mirliton : Tisser la parole, filer la métaphore, broder une histoire.

lundi 4 juin 2018

Forest 1




Je continue à peindre de petits livres uniques. Voici "Forest 1", qui tient dans un étui de dimensions 15 x 15 cm.
 Un leporello et son étui  en papier sont enduits dans une gamme colorée soutenue. Les surfaces sont retravaillées avec des trames de crayon de couleurs aquarellables, des formes végétales rythment une déambulation entre chien et loup.








dimanche 27 mai 2018

Work in progress, galets 2. en glacis à l'huile





 Travail en cours : c'est le deuxième tableau de galets que je réalise. A ce stade, il est loin d'être fini. Sur un fond travaillé aux pigments bleu primaire et oxyde orange en liaison acrylique, j'ai tracé des ovales juxtaposés. Entre ces formes j'ai posé une couche fine d'ocre brune opaque puis quelques couches d'indigo que j'ai estompées. J'ai renforcé la couleur de base des galets avec des glacis bleu indanthrène, gris de Payne et terre de sienne. Puis j'ai travaillé la texture de quelques galets en dessinant des points, des petites lignes, pour évoquer une roche détritique imaginaire. Je n'ai pas encore posé la lumière, j'ai juste foncé certaines zones avec des glacis.
J'apprends... cela signifie que je fais des erreurs. Mes temps de séchages s'étirent, je dois probablement mettre trop d'huile à ce stade du travail. Alors, presque tous les jours je regarde mon travail en lumière rasante, espérant ne plus voir de brillances pour pouvoir continuer. Patience, patience...

lundi 21 mai 2018

CORI à l'hôtel des Roses

L'arbre bleu - CORI








 Il reste encore quelques places  sur le stage CORI que Jean-Noël Riou et moi-même animons cet été à l'hôtel des Roses à Libin en Ardenne belge. C'est un plaisir pour nous de revenir à l'hôtel des Roses, de retrouver les lieux, les personnes, la cuisine gastronomique....et de peindre pendant quatre jours.

 Pour en savoir plus, regardez ici





Le jardin de l'hôtel

lundi 7 mai 2018

Merveilleux jardins....à Etretat





  Sur le chemin de la Belgique, je me suis arrêtée à Etretat. Là-haut, sur la falaise près de la chapelle, face à la falaise d'Aval et l'Aiguille, il y a un paradis suspendu : les jardins d'Etretat. J'ai passé une matinée de printemps ensoleillée dans un enchantement visuel, à déambuler au sein d'une œuvre d'art topiaire.
 "C'est en 1903 que fut planté le tout premier arbre de ce jardin, créé par la célèbre comédienne Madame Thébault. L’inspiration lui vint du peintre impressionniste Claude Monet, lui même jardinier passionné. C’est à lui que l’on doit le caractère originel du jardin, fidèlement préservé jusqu’à nos jours.
Une villa fut édifiée dans ce splendide jardin s’étendant sur les falaises de la Côte d’Albâtre, sur une des merveilles de la Normandie.

 Madame Thébault baptisa la villa «Roxelane» en l’honneur du rôle qui lui permit d’atteindre les sommets de l’art cinématographique. Roxelane était l’épouse bienaimée du sultan ottoman Soliman le Magnifique. Par son courage et son amour, elle éclipsa quelque peu la toute-puissance de son époux. Son destin étonnant a servi de base pour les nombreuses œuvres artistiques, pièces théâtrales et les œuvres cinématographiques.
Madame Thébault prenait grand soin de son jardin. Elle chérissait tout particulièrement sa vaste collection d’orchidées qui, symbolisant les différentes épouses du sultan Soleman, l’inspirèrent dans la création du personnage de Roxelane. Les orchidées des Jardins d’Étretat représentent le symbole de la créativité de la fondatrice du jardin." (source : site des jardins http://etretatgarden.fr/)


 Il y a sept jardins qui s'entrelacent, sept jardins de topiaires : le jardin Avatar, le jardin Parnasse, le jardin des Etreintes et des Arbres, le jardin des Orchidées, le jardin des Bruits de la nature, le jardin Emotions et enfin le jardin Eléments. La palette verte domine, la couleur est déclinée dans un agencement de volumes géométriques, des buis taillés à la perfection. Quelques fleurs : une collection d'orchidées terrestres - des cypripediums ou sabots de vénus, des rhododendrons, une touche rouge sur le ciel bleu avec un érable rouge. Le jardin s'organise en une géométrie souple de volumes arrondis, de cônes et parallélépipèdes, de  lignes verticales qui se suivent, se répondent, dessinent de multiples cheminements visuels. S'y rencontrent quelques œuvres d'art, notamment "Des gouttes de pluie" de Samuel Salcedo. Ce sont des images de ces visages sertis dans des topiaires cannelés qui m'ont attirée en ces lieux. Ces sculptures sont profondément émouvantes. Il y a aussi une petite terrasse japonaise, où bruissent des bambous noirs et des bambous dorés. Touche poétique, quelques tiges de bambous dorés sont littéralement recouvertes de feuilles d'or..... et puis, et puis.... je pourrais continuer. Mais je vais vous laisser le découvrir vous-mêmes.










                   l'entrée du jardin coûte 8,50 euros,
il ouvre tous les jours de 10.00 à 19.00,
adresse : Avenue Damilaville, 76790 Etretat, Seine-Maritime
http://etretatgarden.fr/

.

dimanche 29 avril 2018

Les eaux vives 4.










 Un étui de cuir d'esturgeon teint en gris bleuté protège le quatrième livre de la série "Les eaux vives".
 Le leporello en papier aquarelle texturé enduit est travaillé à l'encre bleu sénégal. De grosses bulles tracées au Posca, au stylogel et à la pointe d'argent se résolvent en minuscules globules qui pétillent à bas bruit dans une joie tranquille.....