mardi 14 mars 2017

Rustica au pinceau, suite de la suite...




 Voici la suite du texte du billet précédent. Le texte est affiché à l'intérieur et la photo prise de l'extérieur. Les reflets de la vitre sur la photos, le jeu des blancs qui se changent en gris, des contrastes qui s'inversent sont une expérience perceptive stimulante.

Après la forme, le fond. Le texte  du billet précédent commence ainsi :
"Non, l'exil est longuement médité et l'heure favorable patiemment attendue. Si la ruche est pauvre, éprouvée par les malheurs de la famille royale, les int....."
et se prolonge comme cela :
"...empéries, le pillage, elles ne l'abandonnent point. Elles ne la quittent qu'à l'apogée de son bonheur, lorsque, après le travail forcené du printemps, l'immense palais de cire aux cent vingt mille c....."

Le texte continue sur le prochain billet.
(source du texte :  La vie des abeilles de Maurice Maeterlinck)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire