samedi 27 juin 2015

Album Colapen 4.







 Le trait large est volontairement posé avec des manques, dans un geste qui oublie la maîtrise et résulte d'un relâchement dans le tracé mental. Ces marques sont cernées de la pointe de l'outil, juste de quoi redéfinir les contours. Des traits fins de même nature complètent la lettre. L'imprécision, l'incomplétude, le contrepied de la perfection calligraphique donnent son identité et son expressivité à la lettre.












Les petites zones bleutées qui relèvent ces deux pages sont obtenues en passant l'eau sale du pot sur des espaces définis par des bandes de scotch et en les absorbant.

1 commentaire: