jeudi 27 juin 2013

Un bel été à l'atelier du 112



 Si vous suivez ce blog depuis longtemps, vous connaissez Coulon dans le marais poitevin et plus précisément l'Atelier du 112 de Gérard Guerry. Situé tout au bord de la Sèvre Niortaise, l'Atelier du 112 est un lieu d'exposition, de travail, d'échange pour des passionnés de Calligraphie et d'Enluminure.

  Sa saison estivale 2013 commence par Alain Maurice, un calligraphe niortais qui marie dessin d'architecture, lettres typo, reliefs et calligraphie. C'est beau et puissant. A voir du 18 juin au 1er juillet.
 Ensuite, du 2 au 8 juillet puis du 29 juillet au 18 août, l'atelier accrochera les calligraphies des belles calligraphes toulousaines Kitty Sabatier et Christel Llop. On ne les présente plus.

Le festival calligraphique continue encore avec Benoit Furet, calligraphe breton dont je vous parle régulièrement ici et Lucile Dupeyrat que j'ai eu le bonheur de rencontrer en mai dernier à un stage de Laurent Pflughaupt qui a eu lieu - le croirez-vous ? - à Coulon.
Chacun des deux à sa manière étend le champ de la calligraphie en associant celle-ci à d'autres matériaux : le zinc brut attaqué à l'eau forte ou filigrané tout en finesse pour Benoit, les fils et textiles correspondant avec les lignes et lettres calligraphiques pour Lucile (entendez-vous les assonances et allitérations de cette dernière partie de phrase ?)

La riche saison de Gérard se terminera dans la douceur et la finesse des pastels et aquarelles d'Arlette Barbotin et Michel Guerry.

Rendez-vous donc :
Atelier du 112
112 quai Louis Tardy
79510 Coulon

05 49 08 23 96   &   06 89 71 79 03



PS : Il y a aussi le lieu...la magie du marais mouillé.


dimanche 23 juin 2013

Massimo Polello à l'Ouest.









 Ce week-end, Massimo Polello était à Brest à l'invitation de l'atelier de calligraphie Skrivañ. Le thème des deux jours était : les alphabets africains.
 Massimo nous a fourni une documentation extraite du travail d'une typedesigneuse zimbabwaise sur des systèmes d'écriture africains. Nous avons sélectionné des signes africains qui évoquaient les lettres de notre alphabet latin pour introduire une nouvelle variété de formes, puis nous avons effectué quelques transformations stylistiques. Un autre aspect du stage était le travail sur des fonds de matière au gesso acrylique et sur châssis toilés. Ce dernier aspect m'intéressait particulièrement, c'était mon premier essai sur ce support.

Voici la première des deux toiles que j'ai finalisées, le point de départ d'une petite série sur les Lotophages de l'Odyssée.


Les Lotophages 1 Élisabeth Couloigner
30x30 cm

vendredi 21 juin 2013

Exposition estivale à Guimiliau








 Comme chaque année maintenant, j'ai installé pour l'été une vingtaine de tableaux chez Jean Crenn à Guimiliau, face à l'enclos paroissial.
 Jean vous accueillera dans sa galerie à partir de lundi, et cela jusqu'au dernier jour de l'été, peut-être un peu plus si la météo est clémente en arrière-saison.

Je présente une sélection de tableaux calligraphiques et des paysages abstraits ( série "Autres lieux").



















S'y rendre : ViaMichelin  (taper Guimiliau)

mercredi 19 juin 2013

Organdi en mouvement : lettrage










Pinceau pointu (martre), gouache noire additionnée de médium mat. Plusieurs essais réalisés préalablement au brouillon de plus en plus rapidement pour faire monter l'énergie.

mardi 18 juin 2013

Ici & ailleurs, festival de carnets de voyages.

Affiche : Marion Le Bec
 Ce week-end, se tenait au Fourneau de Brest la sixième édition des carnets de voyage Ici & ailleurs, un rendez-vous attendu pour les brestois. Une centaine de carnettistes, des concerts, des rencontres, dans la halle du fourneau, l'on circule de stand en stand, avec chaque fois de belles découvertes.

Le thème de cette année est le croisement des gens de mer et des gens du voyage, voici ce qu'en dit l'association ENKI, maîtresse d’œuvre de cette belle manifestation :
"Avec les artistes invité-e-s, partons pêcher le poulpe en Grèce, frôler le pompon rouge d’un marin brestois, guetter le retour des pêcheurs à Essaouira, nous éblouir des lumières des phares dans les nuits d’Ouessant, guetter l’alizé lové dans un hamac, lancer à la mer un vieux bateau qui a retrouvé le goût de naviguer…
Certaines/certains artistes ont partagé la vie des marins, affronté les tempêtes, les journées sans vent, tous les sens en éveil, carnet en main. D’autres sont restés sur le rivage, se sont immergés dans les entreprises, ont traîné sur les quais, voyagé dans le regard de ceux qui partent ou qui reviennent, dans les traces laissées par le flux et le reflux de la mer, dans les mots que le vent hache et bouscule.
A Brest, ces « Gens de mer » croisent les errances d’autres voyageurs plus ou moins volontaires, des gens qu’on dit « du voyage » : Rroms expulsés de squats en gymnases ; Tziganes contraints à la sédentarité, conduits à la mort en des temps troublés ; Gitans d’Espagne ; Zingari du Finistère ; femmes et hommes de cirques, de routes et de musiques, de la Slovaquie à la Bretagne… Entre colère et solidarité active, les carnettistes écrivent, dessinent, photographient leurs vies et leurs combats.
D’autres artistes, venus d’ici ou (re)venus d’ailleurs, viennent rejoindre ces gens de mer et de voyage. Ils témoignent de leurs rencontres, des instants cueillis au bout du crayon, de moments vécus qu’ils nous redonnent en dessins, en reportages dessinés, en bandes dessinées, en toiles, en photos, en vidéo…
C’est tout cela, le festival, et c’est gratuit. C’est casse-gueule peut-être, mais nous l’assumons. Pour notre association ENKI, le carnet de voyage, parce qu’il met en avant les rencontres et la découverte des cultures les plus éloignées comme les plus proches, parce qu’il s’offre d’emblée à tous les regards, sans distance (ce qui ne veut pas dire sans complexité), est accessible à tous, et se révèle un outil profondément démocratique qui favorise l’accès à l’art, de manière vivante et ludique.
Une centaine d’artistes, dessinateurs, écrivains, journalistes, blogueurs, réalisateurs, musiciens, conteurs, comédiens… sont au rendez-vous de Brest pendant trois jours. Pour que l’esprit du voyage continue de flotter « au bout du monde »…
Embarquons ensemble, voulez-vous ?"

J'ai déambulé dans la halle, voici quelques images :
Emily Nudd Mitchell et Gilles Rebechi

Quelques liens à découvrir :

http://emilydessine.blogspot.fr/
http://carnettistes-tribulants.com/


Vivi Navarro et Jean-Yves André








http://vivi.navarro.free.fr/

http://jean-yves-andre.blogspot.fr/2013/05/nouveau-livre-dartiste.html




Maëlle de Coux : herbiers

J'ai passé un petit moment dans l'univers de Maëlle de Coux. Elle aborde des voyages par le biais des adventices, plantes indésirables qui occupent les terrains, qu'elle cueille, sèche et met en scène de façon graphique...une autre conception de l'herbier. Je me suis aussi intéressée à des carnets journaliers, qui reprennent des éléments du journal - des actualités, mis en scène, critiqués, interprétés, parfois poétisés...
Son site offre d'autres perspectives sur son travail, il donne envie d'aller plus loin.
http://www.maelledecoux.fr/accueil.html

ENKI : Festival de carnets de voyages ici & ailleurs.

mercredi 5 juin 2013

Résidence d'artiste de Stéphanie Devaux à St-Amand-les-Eaux


Mai de la Calligraphie 2013 from WebmasterStAmand on Vimeo.


Dans le cadre du "Mai de la calligraphie" Stéphanie Devaux que l'on ne présente plus ici, a passé une partie du mois de mai en résidence d'artiste à Saint-Amand-les-Eaux. "Graphies textiles", le titre de l'évènement donne une belle idée de son travail.
Ci-dessus, une première petite vidéo pour nous faire rêver et titiller notre créativité.

dimanche 2 juin 2013

Carnet d'études calligraphiques, page 23



 Je reprends de temps à autre mon carnet de petites études calligraphiques entre improvisations et notations. Ici sur un collage de papier de bambou très fin monotypé, j'ai utilisé la plume baïonnette, un feutre Pitt Brush gris clair (Faber Castell) et un pinceau pointu avec de la gouache Linel noir velours épaisse.

J'ai écrit : Densifier l'invisible, une expression poétique de Patricio Rojas San Martin.