vendredi 29 octobre 2010

Le pupitre des lettres.


Je suis allée le week-end dernier visiter le Mont Saint-Michel. C'est un fait connu que la baie du Mont s'ensable et que sans intervention humaine, il ne sera bientôt plus une île. Le site est actuellement l'objet d'un grand chantier visant à restaurer son caractère maritime. C'est dans ce cadre, que l'architecte Luc Weizmann a conçu un barrage sur le Couesnon, baptisé "Barrage de la caserne", aux caractéristiques particulières, barrage qui fait partie d'un ensemble de travaux destinés à contrarier l'ensablement du Mont. C'est un ouvrage particulier d'abord sur un plan technique. En général, un barrage retient l'eau et la libère vers l'aval. Ici, le barrage libère l'eau du Couesnon vers l'aval, mais le flux du cours d'eau ne suffit pas à chasser les sédiments vers l'extérieur de la baie. Le barrage fonctionne donc aussi dans l'autre sens (et c'est cela sa particularité) et grâce à des vannes secteurs qui assurent aussi une fonction de remplissage d'eau de mer vers l'amont, libère lors de la vidange l'eau du Couesnon ET l'eau de mer retenue précédemment. Les trois ingénieurs concepteurs techniques et l'architecte ont obtenu le Grand prix National de l'Ingénierie 2010 pour leur ouvrage.

Ici, les lecteurs réguliers de ce blog se demandent si ce blog ne change pas de domaine pour s'intéresser à l'hydraulique ou à  l'architecture des travaux publics. Rassurez-vous, ce n'est pas le cas.
 Luc Weizmann, l'architecte du barrage, a eu éminemment conscience du caractère historique et symbolique de ce lieu situé à la proue de l'Europe. C'est le deuxième aspect exceptionnel de ce barrage. Et il a enrichi l'ouvrage technique d'une dimension culturelle, artistique et humaine. L'ouvrage est coiffé d'un large pont promenade, sur lequel on peut déambuler, assister à un spectacle (il y a de longues marches disposées en gradins) avec le Mont comme décor naturel. Mais ce n'est pas tout.Il a voulu que la balustrade côté Mont soit constituée d'un pupitre de bronze, sur lequel sont disposés des symboles.
  Pour commencer les deux parties d'une coquille Saint-Jacques et quelques coques sont moulées sur la première dalle du pupitre, ceci pour souligner que le Mont est un lieu de pèlerinage. Personnellement, les coques m'évoquent aussi l'enluminure : en effet, les enlumineurs gardaient leurs couleurs et leur gesso dans de petits coquillages. Pendant des siècles, le Mont Saint-Michel a abrité un scriptorium et une bibliothèque. Les manuscrits sont actuellement conservés et visibles au Scriptorial d'Avranches, à 20mm en voiture du Mont.
 Ensuite, de chaque côté du pupitre figurent les blasons de la Normandie et de la Bretagne, symbole géographique et historique.
 Et puis, Luc Weizmann a demandé à des calligraphes les quatre alphabets constitutifs de la culture européenne : Frank Lalou s'est chargé des alphabets hébreux et grec, Abdallah Akar de l'alphabet arabe et Richard Lempereur de l'alphabet latin. Celui-ci a choisi la caroline, écriture imposée par Charlemagne pour tous les actes administratifs de l'empire, écriture d'une lisibilité et d'une esthétique merveilleuses, écriture choisie comme modèle pour la mise au point des caractères d'imprimerie par les humanistes de la Renaissance. La typographie utilisée pour ce blog en est une des héritières. Encore le symbole de la diffusion du savoir. Ces quatre alphabets sont gravés ensemble sur deux dalles à chaque extrémité du pupitre et des caractères sont isolés et disséminés sur l'ensemble de la balustrade.
 Dernier symbole et non des moindres, la dalle centrale du pupitre accueille une reproduction gravée d'une horloge cosmique, empruntée à un recueil de traités scientifiques et techniques du XIIème siècle, conservé au scriptorial d'Avranches. Vous pouvez les admirer dans le diaporama ci-dessous.




Bibliographie :
Le Mont Saint-Michel sauvé des sables
L'enluminure romane au Mont Saint-Michel ( Remarque 1 : il est épuisé chez l'éditeur Ouest-France, je l'ai vu à la librairie du Mont Saint-Michel et à celle du Scriptorial d'Avranches ; Remarque 2 : dans ce livre figure une photo de l'enluminure reproduite sur le pupitre des lettres)

Merci à Richard Lempereur qui m'a communiqué les noms des calligraphes et a contribué à ma compréhension du projet de Luc Weizmann.

Et pour le plaisir, une vue du Mont depuis Avranches :



3 commentaires:

  1. Merci. Bien envie d'y retourner... la dernière fois, les travaux commençaient.

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup. Comme nous envisageons d'y retourner l'année prochaine, je commence ma liste des "choses à ne pas manquer".

    RépondreSupprimer
  3. Super le reportage !!!
    Merci !
    Bernie

    RépondreSupprimer