lundi 1 février 2010

Menu livre pour Maryse

Menu livre dans le sens de petit, modeste.
Dimensions : environ 15x25.

J'ai choisi le texte dans " L'agenda du poète" de Bernard Friot. (journée du 24 octobre) En voici le texte :

"L'espace commence ainsi, avec seulement des mots, des signes tracés sur la page blanche."
                                                       Georges Pérec




J'ai eu envie de blanc, de quelques traces noires dans un espace virginal, voilé. J'ai utilisé des matériaux blancs qui existent au-delà de leur absence de couleur par leurs matières et leurs températures : papier artisanal du moulin de Kereon (Saint-Sauveur dans le finistère) à base de chanvre qui contient des coquilles d'oeuf sur lequel j'ai pratiqué des lignes de perforations à la machine à coudre (petits vides ordonnés), tissu d'organdi (froissé pour l'étui ), papier chinois Wenzhou (léger mais résistant), papier incluant des fils, papier japonais évoquant le papier à cigarette (blanc froid, grammage 35g). Ce dernier papier a été monotypé de quelques traces au noir de fumée et cousu d'une feuille de papier wenzhou. Le texte est lui aussi tracé au noir de fumée. La reliure est une simple couture machine avec un fil blanc.

J'ai tenté de décliner des oppositions subtiles : températures des blancs, poids des matières, surfaces des matières et un contraste net : noir sur blanc. Je voulais faire exister d'abord l'espace sur lequel se posent ensuite quelques traces, quelques mots. Et pourtant c'est ceux-ci qui transforment le vide en espace, c'est la dualité qui fait exister.



 



Le nom des matériaux compte aussi : les coquilles d'œufs évoquent l'oiseau, j'utilise souvent le noir de fumée mais je n'aurais pas choisi cette fois-ci le noir d'ivoire pour avoir la présence du terme "fumée", la simple prononciation du mot "organdi" suggère le blanc, la pureté, l'enfance, le sucre candi blanc (juste par proximité sonore). Ces mots créent un halo sémantique supplémentaire.
Toujours dans le même ordre d'idées, si je fais d'abord des choix visuels de couleurs, la force sémantique de leur nom leur permet parfois de s'imposer : violet de mars, caput mortuum...

2 commentaires:

  1. trés intéressantes tes recherches autour des blancs et des matières. Les piqués à la machine voilà une bonne idée et qui est agréable à l'oeil.

    Cet art modeste tout en finesse, légereté s'harmonise bien avec la magnifique phrase de Perec ... musique silencieuse du papier et de l'encre

    RépondreSupprimer
  2. Je découvre votre site avec beaucoup d'intérêt et d'admiration. Un seul commentaire : que c'est beau, qui votre travail inspire...
    Bernard Friot

    RépondreSupprimer