jeudi 11 février 2010

Le son est presque pareil au silence

1838


Décembre

Le son est presque pareil au silence :
c'est, à la surface
du silence, une bulle qui crève aussitôt, emblème de la force et de la fécondité du courant souterrain. C'est une faible articulation du silence et qui ne plaît à notre nerf auditif que par le contraste qu'il crée.
En proportion de ce contraste, et dans la mesure où il exhausse et intensifie le silence, il est harmonie très pure et mélodie.

                 H.D. Thoreau







Dimensions : 30x30
Technique : médium enduit, pigments (ultramarine, carmin d'indigo, blanc de titane), crayon pastel, plume carrée et plume baïonnette.
S'affranchir des règles de la mise en page : supprimer les espaces entre les mots, les interlignes, connecter certaines lettres, aller à la ligne au milieu d'un mot, s'offrir de petites zones de respiration, "déjustifier" le texte, le suspendre à droite du carré. Le sens n'est plus seulement porté par les mots (encore un peu quand même, la lisibilité est au rendez-vous) mais par l'aspect graphique de la trame de lettres.

Ce tableau est pensé pour être vu de loin, mais en y regardant de plus près une trame vivante apparaît ton sur ton sur la zone bleu foncé. Le courant souterrain se laisse discrètement apercevoir.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire