mardi 3 novembre 2009

La mort d'Hector





Progressivement, j'augmente le format des tableaux, celui-ci mesure 80x60.
C'est toujours du médium enduit, en techniques mixtes: pigments, collage de papier chinois travaillé. Les outils : tire-ligne et folded pen de chez John Neal, plume pointue moyenne, chiffons, pinceau de bricolage très abimé.
Dominent les pigments noir de fumée et le magnifique oxyde de fer orange de la Coopbio.













Le texte provient de l'Iliade et relate la fin du combat qui oppose Achille à Hector et la mort de ce dernier. J'ai essayé de rendre une atmosphère violente. L'oxyde de fer orange, couleur de rouille, chargé de fer est la voix d'Hector, le noir de fumée la voix d'Achille. Les écritures ne sont pas lisibles, elles se  constituent en textures de capitales nerveuses, pulvérulentes.
Sur le côté gauche du tableau, la longue bande de papier monotypé et écrit pose les origines du combat. C'est un passé de violences accumulées. A droite, le mouvement ascensionnel ne contient plus de texte, c'est la résolution du conflit entre les deux héros. Il n'y a plus rien à dire, il ne reste qu'une terre brûlée et la légende du héros mort.
Ce tableau évoluera peut-être encore.

1 commentaire:

  1. Bonjour!
    Je viens de suivre le lien sur encre-et-lumiere vers ton blog... Superbes réalisations! Un monde vibrant!
    Louise/aly

    RépondreSupprimer